La petite voix des envies.


Journal / lundi, janvier 28th, 2019

Aujourd’hui j’ai fait l’expérience d’écouter cette petite voix au fond de moi qui cherchait à me pousser à passer à l’action.
Rien de fou, hein t’emballes pas, mais bon c’est un début.

Je suis sûre que ça t’arrive à toi aussi de temps en temps d’avoir l’impression d’entendre une petite voix dans ta tête qui essaye de te dire quoi faire alors que tu es occupé(e) à tout autre chose.

Genre : « je sortirais bien marcher un peu… », « et si je faisais du yoga…? », « si je finissais mon livre ? », « je pourrais faire un gâteau au chocolat… »
Tu crois que c’est juste une pensée qui te traverse l’esprit mais en fait c’est une vraie envie, un truc qui vise à te faire plaisir. Et c’est là toute la subtilité de la chose.
Car puisque tu es déjà occupé(e) à faire quelque chose que tu juges à cet instant précis comme étant plus important/nécessaire/inévitable (passer l’aspi, faire ta compta, finir ton dossier pour le boulot, ou remplir ton chariot dans une grande surface bondée) et ben ces pensées/envies tu les oublies aussi vite qu’elles sont venues.
Tu les ranges bien au fond de ton crâne dans un vieux carton moisi qui prend la poussière avec écrit dessus : « trucs cool que je ferais plus tard/un jour/peut être« .
(note que ça marche aussi avec les « résolutions » de début d’année : se re-re-remettre au sport, commencer le piano, prendre du temps pour soi, se faire une soirée fille une fois par mois, bref tu m’as comprise)

Donc, en gros tu choisis de privilégier les trucs chiants en te faisant croire que te faire plaisir c’est pas si grave que ça si ça passe à la trappe.
Sauf que ben si en fait, ah!
Parce qu’en faisant ça tu te mets de côté > tu fais passer les autres/leurs désirs/demandes en tout genre avant toi > tu te plies en quatre pour tout le monde > ça t’épuise >tu te dis que tu n’as le temps de rien > tu commences à leur en vouloir > tu te plains qu’il n’y a rien qui va > tu te prends la tête avec les gens autour de toi > t’aimes pas ta vie > tout te saoule etc…
Et le must : tu te sens perdu(e), tu ne sais plus de quoi tu as VRAIMENT envie.
Ça te parle ? T’inquiètes moi aussi…

Mais la bonne nouvelle c’est que tu peux changer ça, il suffit juste de faire plus attention à la petite voix de tes envies. Quand tu l’entends te murmurer à l’oreille tu t’arrêtes 2min et tu te demandes si tu ne pourrais pas l’écouter. (ou tu peux aussi aller fouiller dans les cartons qui prennent la poussière)
Est-ce-que tu ne pourrais pas faire une pause dans ton dossier et sortir un peu ? Ou lire un ou deux chapitres au milieu de ta compta ?
Il ne tient qu’à toi de te commencer à te choisir toi, à t’écouter, à te dire que oui toi aussi tes envies sont toutes aussi valables que celles des autres, elles n’ont pas à être muselées.

Et c’est ce que j’ai fait aujourd’hui.
Plusieurs fois la petite voix me disait « bouge ton corps », « recommence le yoga », « fait des étirements », « tu dis que tu veux prendre soin de toi alors vas-y, lève-toi et bouge ! »
Mais figures-toi que c’était jamais le bon moment, soi-disant…
Alors cette fois, je me suis dit « F*** le bon moment« , et me voilà à 21h sans avoir dîner à faire mes étirements. Et c’était bien, mon corps et moi on est contents, même s’il est 22h passées et qu’on a clairement explosé le timing du repas du soir.
Pourquoi j’ai sauté le pas ?
Parce que je savais que sinon j’allais m’en vouloir de procrastiner sans cesse là-dessus. C’est 21h ? Et alors ?
Et surtout parce qu’il n’y a que moi qui peut changer ma réalité et décider qu’elle corresponde à ce que je souhaite. A savoir dans le cas présent être mieux dans mon corps et plus souple.

En vrai rien ne t’empêche de faire ce qui te passe par la tête, sauf toi et les histoires que tu te racontes.

Du coup, tu vas t’en raconter encore longtemps ou tu vas te faire passer en 1er plus souvent ?


(photo de couverture by me : Sagrada Familia – Barcelone)

Une réponse à « La petite voix des envies. »

  1. Ça fait quelques jours que j’ai envie de te répondre, de t’encourager à poursuivre ce chemin intérieur à ta dêcouverte, ta reconquête.
    C’est très courageux de ta part de le faire, de le publier, de te mettre au pied du mur en soumettant au regard des autres tes pas en avant, en arrière, sur le côté.
    Le plus difficile n’est pas de naître au monde mais de naître à soi même.

    Bonne route Marine,comme disaient les égyptiens que la plante de tes pieds te porte aussi loin que tes désirs, et si tes pieds sont fatigués , ton esprit prendra le relai ( ça c’est pas les égyptiens c’est moi qui le rajoute)

    On t’aime quand tu réussis, et quand tu vas réussir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.